La petite brosse

26 décembre 2017

Je soupçonne que ce n'est pas un hasard si la saison de chasse aux sangliers

Je soupçonne que ce n'est pas un hasard si la saison de chasse aux sangliers commence à peu près au même moment où les raisins atteignent leur pleine maturité en Provence. Certes, les chasseurs (chasseurs) sont sortis en force depuis environ un mois et ont causé Oscar et moi à couper court à bon nombre de nos promenades ces derniers temps que les 4x4 et les hommes en gilets orange avec des fusils et des balles de hanche mettent la peur de Dieu en nous.

 

 

Je commence donc à essayer d'en savoir un peu plus sur ces créatures à poils qui causent tant de remue-ménage autour de ces régions. Et pas seulement les sangliers, mais aussi les chasseurs, car ils semblent avoir plus de droits que n'importe qui d'autre pour marcher sur la propriété privée et tirer des choses.

 

Le nombre de sangliers a explosé dans toute la France ces dernières années, avec des estimations actuelles de plus de 2 millions.  Tout comme le problème des renards en Grande-Bretagne, les sangliers envahissent maintenant les jardins et les villes des banlieues (seulement l'année dernière, un grand nombre d'acheteurs stupéfaits entendus dans le centre de la ville de Chambéry).

 

Outre les dommages qu'ils causent dans les jardins et les fermes (voir la photo de notre pelouse ci-dessus), ils sont également responsables de plus de 60 % des quelque 40 000 accidents de voiture impliquant des animaux sauvages chaque année.

 

Alors pourquoi les verrats sont-ils devenus un tel problème ces dernières années? Les raisons semblent être variées et complexes.

 

L'un des facteurs est l'augmentation de la superficie consacrée à la culture du maïs en France, qui empiète sur les habitats naturels des verrats et oblige l'animal à chercher de la nourriture ailleurs - d'où son penchant pour le raisin et d'autres cultures.

 

Afin d'empêcher les verrats d'errer dans les champs et les vignobles, les chasseurs ont été encouragés à créer des zones d'alimentation dans les bois et les forêts. Mais cela a exacerbé le problème en concentrant artificiellement de grandes populations, créant ainsi des aires de reproduction parfaites et conduisant à des troupeaux encore plus importants d'animaux bien nourris. Ces zones ont aussi apparemment été responsables de l'accélération du temps nécessaire pour atteindre l'âge adulte (c. -à-d. qu'elles peuvent maintenant se reproduire plus jeunes).

 

Les chasseurs sont également limités aux animaux qu'ils peuvent chasser, ne pouvant pas cibler les femelles ou les femelles dominantes plus âgées avec des bébés sangliers.

 

D'autres facteurs tels que le réchauffement climatique, qui a conduit à des sources plus douces (l'époque de la procréation de ces bêtes) et une tempête massive en 1999 qui a dévasté de vastes étendues de forêts - rendant impossible la chasse dans ces régions de sangliers de première qualité.

 

Il est intéressant de noter que les chasseurs ont été contraints de rembourser les agriculteurs pour les dégâts causés aux récoltes, une facture qui a beaucoup augmenté ces dernières années pour atteindre 50 millions d'euros (en 2011), mais en dépit des innombrables jours passés dans les bois, ils ne semblent pas pouvoir contenir l'augmentation de la population.

 

Lesangliers causent beaucoup de dégâts aux vignobles parce qu'ils adorent manger des raisins mûrs.  Pas plus tard que la semaine dernière, quelque vingt-cinq personnes ont été prises en flagrant délit et huit autres ont été abattues dans un vignoble tout près, le ventre rempli de raisins.  Pourquoi les sangliers choisissent-ils des raisins à maturité optimale? La nature a mis au point une méthode de propagation très efficace, car les sangliers (et les cerfs) sont très sensibles aux tanins, qui sont présents dans la forme verte astringente lorsque les graines ne sont pas assez mûres pour se propager - un fait que je trouve fascinant.

 

Ainsi, notre vision typique des remorqueurs de trouver des sangliers majestueux et mignons porcs à fourrure a pris un peu de coups après avoir vu les dégâts qu'ils causent dans les vignobles et les jardins. J'en ai affronté un grand dans notre jardin l'autre semaine et il m' a regardé calmement en m'approchant sans me déranger en hurlant au sommet de ma voix, avant qu'il ne paraisse hausser ses épaules puissantes et s'éclipser dans les ténèbres.

 

Je ne vais pas encore mettre la veste fluorescente, mais j'éprouve certainement plus de respect pour les chasseurs engagés dans leur lutte incessante contre la bête noire - et je vais aussi acheter plus de saucisson plus sanglier sur le marché de Cotignac à partir de maintenant?

Posté par raleure à 15:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]